Signification d’Armageddon, sources bibliques et interprétations

Publié le 3 février, 2024

Qu’est-ce qu’Harmaguédon?

Les connotations populaires du terme Armageddon suggèrent des événements qui entraîneraient une destruction totale dont l’humanité ne pourrait pas se remettre. Beaucoup pensent qu’il s’agira d’un véritable combat dans les plaines proches de Jérusalem. Certains interprètent la bataille d’Harmaguédon comme la chute précédente de l’Empire romain, et d’autres comme un schéma cyclique qui se répète à chaque génération. Quoi qu’il en soit, selon la Bible d’Armageddon, il s’agit d’une bataille finale entre les rois de la Terre où Dieu les juge dans Apocalypse chapitre 16 : 16.

Pour débloquer cette leçon, vous devez être membre d’


Sources bibliques

Le livre de l’Apocalypse, également appelé Révélation à Jean ou Apocalypse de Jean, a très probablement été écrit par l’apôtre Jean en grec. Certains érudits pensent qu’il a été écrit par Jean l’Ancien et peut-être en araméen ou en hébreu, mais cette hypothèse est actuellement moins acceptée. Cependant, le livre de l’Apocalypse fait également allusion à l’Ancien Testament. La majeure partie de l’Ancien Testament a été écrite en hébreu (à l’exception de Daniel, qui a été écrit en araméen).

Traduire des idées dans plusieurs langues, en particulier dans le langage apocalyptique et symbolique des livres prophétiques comme l’Apocalypse, est complexe. Sans être conscient de certaines nuances de la traduction linguistique et sans tenir compte du genre littéraire, il est facile de mal interpréter beaucoup de choses dans le livre de l’Apocalypse, surtout si on le lit littéralement. Le public original du livre de l’Apocalypse connaissait à la fois le genre littéraire et la langue dans laquelle il était écrit. Ils connaissaient également l’auteur et vivaient exactement ce qu’il écrivait. Ils ont compris que c’était subversif, comme le disait essentiellement Jean: « Dieu dirige et non l’empire romain. » Le lecteur moderne doit garder ces choses à l’esprit lorsqu’il tente de démêler les messages voilés de l’Apocalypse.

Le livre de l’Apocalypse est important dans la foi chrétienne car il donne de l’espoir aux croyants alors qu’ils subissent l’oppression et les difficultés. Le christianisme primitif n’a pas été bien accueilli à Rome et l’Église naissante a été confrontée à d’immenses persécutions ; le livre de l’Apocalypse était une aubaine pour leur foi et encourageait l’Église chrétienne pendant des générations. L’eschatologie chrétienne, ou l’étude de la fin des temps, a également été façonnée par l’Apocalypse. De nombreuses confessions ont de fermes convictions eschatologiques (de la fin des temps), influençant la pensée chrétienne sur les mouvements missionnaires, la souffrance, la gouvernance, les droits, la préparation, et bien plus encore.


En plongeant dans la bataille d’Harmaguédon, il est essentiel de comprendre que le livre de l’Apocalypse est une littérature apocalyptique, avec beaucoup de symbolisme et de latitude pour différentes interprétations. La prophétie est également considérée comme télescopique, ce qui signifie que les prophètes ne connaissent et ne voient les événements qu’en partie, ne comprenant souvent pas complètement ce dont ils sont témoins, même pour eux-mêmes. L’Apocalypse fait souvent référence au livre de Daniel, à l’Exode, à Ézéchiel et à de nombreux autres livres de l’Ancien Testament.

De plus, la date précise de la rédaction de l’Apocalypse n’est pas claire, ce qui influence les événements qui s’étaient déjà produits au moment de sa rédaction. Par exemple, s’il est écrit avant 70 EC, la destruction du Temple est accomplie, mais s’il est écrit après 70 EC, ces événements ne se sont pas encore produits. Pour ces raisons, les quatre points de vue du livre de l’Apocalypse se présentent, chacun avec ses forces et ses faiblesses. Ils sont les suivants:

  • Futuriste: C’est le point de vue le plus répandu dans les cercles chrétiens évangéliques américains, qui croient que la plupart des événements décrits dans l’Apocalypse se sont produits (ou se produiront) bien après la rédaction de l’Apocalypse. Les points forts de ce point de vue viennent de la croyance que la Tribulation (période d’épreuve) surviendra après l’enlèvement des chrétiens. Cela a un certain support scripturaire si Thessaloniciens 4 : 15-17 est lu littéralement. Un autre fait qui vient étayer ce point de vue réside dans la datation probable du livre de l’Apocalypse après le siège de Jérusalem en 70 de notre ère. Un défaut de ce point de vue est qu’il ne prend pas en compte le contexte du public de Jean et a tendance à interpréter la littérature apocalyptique de manière littéraire là où il peut s’agir d’un langage poétique ou symbolique.
  • Prétériste: C’est l’opinion selon laquelle tout le livre de l’Apocalypse était déjà accompli, à l’exception du deuxième retour du Christ. La force du point de vue prétériste vient des événements de 70 EC, au cours desquels Jérusalem est tombée. La faiblesse de cet argument vient du fait que des tribulations se sont produites à chaque génération. Un autre problème est que la datation du livre de l’Apocalypse devrait être antérieure à 70 EC, ce dont il existe peu de preuves.
  • Historiciste ou prétériste partiel: c’est le point de vue qui croit que la plupart des prophéties se sont déjà réalisées au moment (ou presque) de l’écriture de l’Apocalypse, mais que quelques prophéties doivent encore se réaliser. La force vient du fait qu’il considère les tribulations du lecteur original et la nature poétique de la littérature apocalyptique. La faiblesse vient des tribulations en cours à chaque génération et de la datation du livre de l’Apocalypse, probablement après 70 EC.
  • Idéaliste: Ce point de vue affirme que l’Apocalypse est un cycle qui se répète de génération en génération tout au long de l’histoire et que la prophétie se réalise à plusieurs reprises. La force de ce point de vue réside dans le fait qu’il semble y avoir eu des événements cycliques de type Armageddon à chaque génération, et cela pourrait fonctionner avec la datation du livre de l’Apocalypse avant ou après 70 de notre ère. Le problème avec le point de vue idéaliste est que qu’il ne considère pas le contexte original du livre de l’Apocalypse. Il ne tient pas non plus compte de la possibilité que cette prophétie puisse être un événement ponctuel.

Le siège de Jérusalem, représenté sur l’Arc de Titus, a eu lieu en 70 de notre ère.

Une photo en noir et blanc montrant des personnes transportant des objets du temple juif

Pour comprendre les significations possibles de la bataille d’Harmaguédon, il est essentiel de comprendre d’abord le contexte du livre de l’Apocalypse. Le contexte original du livre de l’Apocalypse était celui de l’apôtre Jean écrivant aux sept églises réparties dans tout l’Empire romain. L’Empire romain persécuta sévèrement l’Église et Jean chercha à l’instruire et à l’encourager dans ses tribulations ; elle différait de la liberté religieuse dont jouissent aujourd’hui de nombreux pays. L’Empire romain considérait l’Église comme un groupe séparatiste obscur qui ne s’adonnait pas à la religion d’État romaine du culte de l’empereur. C’est pourquoi l’empereur Domitien (81-96 CE) a pris sur lui de persécuter quiconque ne déclarait pas César comme Seigneur. Cela était directement en conflit avec la proclamation par l’Église de Jésus-Christ comme Seigneur ; c’était une haute trahison sous l’empire romain de dire qu’il y avait un César (ou un Seigneur) différent.

Alors que les visions de l’Apocalypse se déroulent, les chapitres 15 et 16 encouragent les sept églises confrontées à la peine de mort à ce que Dieu les justifiera. Jean utilise un langage voilé pour obscurcir ces écrits séditieux afin de protéger délibérément les églises. L’Apocalypse fait écho à la fuite des Juifs du Pharaon et de l’Égypte, trouvée dans l’Exode. Cela rappelle aux églises que, de même que les Juifs furent délivrés du Pharaon, ils seraient également délivrés de César. Les érudits du Nouveau Testament s’accordent généralement sur le fait que le livre de l’Apocalypse fait souvent allusion, avec son langage semblable à celui de la peste, au livre de l’Exode. Jean utilise un langage énigmatique pour suggérer que César est le nouveau pharaon ; par conséquent, tout comme Dieu a jugé Pharaon pour le traitement injuste de son peuple, la même chose arriverait à César.

La source biblique du mot Armageddon vient du mot hébreu Har Megiddo, qui signifie mont Megiddo, le mot Armageddon a été inventé par Jean. Il est intéressant de noter qu’il n’existe pas de montagne appelée mont Megiddo, mais il existe une plaine appelée Megiddo. Certains chercheurs, comme DA Carson, pensent que John faisait référence à l’idée des colons sur la colline plutôt qu’à un véritable paysage géographique. D’un point de vue biblique historique, les gens qui vivaient dans les collines étaient des ennemis de Jérusalem qui combattaient contre elle (Ézéchiel 38 : 21). La signification d’Harmaguédon serait alors une référence aux ennemis de Dieu et aux jugements ultérieurs auxquels ils seront confrontés de la part de Dieu.

Une vision futuriste d’Armageddon serait une véritable bataille sur la colline de Megiddo entre différentes puissances mondiales qui se rassembleraient sous la direction de l’Antéchrist après la Tribulation pour faire la guerre à Jérusalem. Au cours de la bataille, Jésus-Christ reviendra, vaincant ses ennemis, établissant un règne de 1000 ans (Règne millénaire), puis jetant l’Antéchrist et ses prophètes dans l’étang de feu. Le point de vue idéaliste affirme que de nombreux Armageddon se produisent de manière cyclique jusqu’au retour de Jésus-Christ. Le cycle idéaliste comprend des guerres, des famines et des épidémies qui se répètent sans cesse. Des événements tels que la Première et la Seconde Guerre mondiale, l’invasion de l’Europe par les Maures et le siège de Jérusalem en 70 de notre ère seraient tous des exemples d’Armageddon de ce point de vue. Les historicistes et les prétéristes croiraient généralement que l’accomplissement d’Armageddon s’est produit en 70 EC avec la chute de Jérusalem. Bien qu’il s’agisse d’un aperçu général, il existe des interprétations plus nuancées d’Armageddon que celle-ci.


Les lecteurs modernes interprètent facilement mal le livre de l’Apocalypse car il est éloigné de 2000 ans de son contexte original. Hollywood a créé de nombreux films sur l’Apocalypse et Armageddon, dont beaucoup ne ressemblent en rien aux idées bibliques tandis que d’autres tentent de s’y mêler. Le film Armageddon de 1998 a présenté aux téléspectateurs un scénario de fin du monde dans lequel un astéroïde menace d’anéantir toute vie sur terre. En ce sens, l’intrigue ne ressemble en rien aux événements de l’Apocalypse, si ce n’est une catastrophe susceptible de détruire toute l’humanité.

Le thème des fléaux a récemment été popularisé avec des films comme World War Z et 28 Days Later, ainsi que des séries télévisées telles que The Walking Dead et Sweet Tooth. Ces dernières années, les chrétiens ont tenté de récupérer le contenu de l’Apocalypse auprès des médias laïques, avec des sociétés de production comme Pure Flix diffusant davantage de contenu.

Écrire sur l’Apocalypse a également été très populaire dans les médias chrétiens. Des séries de livres comme Left Behind de Tim LaHaye ont popularisé une vision futuriste de l’Apocalypse et une bataille littérale d’Armageddon dans le futur dans le douzième livre. De nombreux livres sur l’eschatologie chrétienne sont publiés chaque année, souvent dans une perspective futuriste, même si de plus en plus d’autres perspectives sur l’Apocalypse sont exprimées.

L’Enlèvement précède la bataille d’Armageddon dans l’eschatologie chrétienne futuriste et constitue le point de départ de nombreux films sur l’Apocalypse.

Une image en noir et blanc de deux personnes et une emmenée par un ange


Armageddon, ou la bataille d’Armageddon, est le lieu où se déroule la bataille cosmique finale entre les forces du bien et du mal le dernier jour. Écrit en grec, l’auteur de l’Apocalypse était très probablement l’apôtre Jean, et le public était constitué des églises persécutées de Rome. Le langage du livre de l’Apocalypse est délibérément énigmatique pour protéger les chrétiens de son contenu subversif où Jésus-Christ est déclaré Seigneur et non César. En raison de l’imagerie apocalyptique, de la nature de la prophétie et de la datation de l’Apocalypse, c’est un livre difficile à interpréter.

Il existe quatre interprétations courantes de l’Apocalypse, donc quatre points de vue différents sur l’événement d’Harmaguédon. Le point de vue futuriste soutient que la plupart des événements, y compris Armageddon, ne se sont pas encore produits et se produiront littéralement, comme le décrit l’Apocalypse. Le point de vue historiciste ( prétériste partiel ) soutient que la plupart des événements se sont produits, mais que certains ne se sont pas encore produits, généralement qu’Harmaguédon est terminé, mais que Jésus n’est pas encore revenu. Les idéalistes soutiennent que les événements de l’Apocalypse sont cycliques et que chaque génération vivra des expériences d’Armageddon jusqu’au retour éventuel de Jésus. Le point de vue prétériste soutient que tous les événements de l’Apocalypse se sont produits, à l’exception du second retour du Christ. Les prétéristes croient qu’Armageddon a été achevé en 70 de notre ère et que l’ère moderne est le règne millénaire. D’une manière générale, la vision futuriste d’Armageddon et de l’Apocalypse est à la mode dans les médias, avec la réalisation de nombreux films, émissions de télévision et livres. Le livre de l’Apocalypse a grandement encouragé les chrétiens de Rome et a continué à renforcer la foi des chrétiens du monde entier lorsqu’ils sont persécutés à cause de leur foi.


Articles Similaires